La vie comme elle vient, les copains, la petite monnaie et les millions

Parler d’argent? Tes amis ne sont pas là pour ça.
Ne pas en parler pourtant, c’est dommage.
Parfois même, c’est dommageable.

On sait, ça ne devrait pas être un sujet de conversation. L’argent qui s’étale, les signes extérieurs de richesse, tu détestes ça. Merci, mais ce n’est pas ça qui fait la valeur des gens. 100% d’accord : l’argent, ce n’est pas LE sujet de conversation à privilégier, ni avec ses amis, ni avec sa moitié, ni avec ses collègues de travail, ni au café, ni avec sa famille.

En revanche, en faire un sujet tabou, c’est dommage. Et parfois, même, dommageable.

Pourquoi tu ne veux pas en parler

Tu as plein de bonnes raisons valables de ne pas vouloir parler d’argent avec tous ces gens-là.

-avec un collègue de travail, parce que tu ne veux pas prendre le risque de lui faire savoir que tu gagnes plus que lui (alors qu’il bosse aussi bien que toi, parfois mieux).

-avec ta moitié, parce que vous êtes déjà obligés de parler du ravitaillement en couches 18 mois, alors ça va, si vous pouviez avoir des sujets de conversation un peu plus glamour ce serait pas mal.

-avec tes parents, parce qu’ils sont à la retraite, ne roulent pas sur l’or, et que tu ne veux pas les inquiéter outre-mesure. Ou parce que tu ne veux pas risquer des remarques désobligeantes dans le genre : « à ton âge, on se prenait beaucoup moins la tête, on avait l’esprit bohème et l’argent, ça ne comptait pas tellement » (étonnamment, la dernière citation provient moins souvent de personnes aux revenus modestes que de celles qui ont connu le plein emploi et touchent une retraite plus importante que ton propre salaire).

-avec ta sœur, au chômage depuis un an et demie, ou avec ton frère, N-3 d’une multinationale à 40 ans, parce que vous n’avez pas les mêmes préoccupations.

-avec tes amis, parce que, de tout ton groupe de copains, tu sais que tu fais partie des plus privilégiés. Alors, te plaindre de ta fiscalité, ou te demander devant eux ce que tu vas faire de ta prime de fin d’année, merci, mais ça revient à étaler tes problèmes de riche, et franchement, à leur place, tu n’aimerais pas ça du tout.

Et pourtant, il y a quelques situations dans lesquelles il FAUT parler d’argent avec ses proches.

Une histoire moche

Cet article m’a été inspiré par un monsieur qui, après avoir revendu son entreprise pour un montant à sept chiffres, a consulté sept conseillers différents. Six l’ont orienté vers une solution simple, facile à comprendre, rationnelle et raisonnable, quoi qu’un peu onéreuse sur le plan fiscal. Le septième lui a mis de l’or dans les yeux : moins d’impôt, et un rendement de 4% par an. Qu’a fait ce monsieur ? Il a foncé tête baissée vers le conseiller qui lui vendait du rêve. Aujourd’hui, il risque un contrôle fiscal carabiné, ses économies sont immobilisées pour dix ans au moins, et bien entendu, il n’a jamais vu la couleur de ses 4% de rendement. Simplement, ce monsieur n’a pas voulu embêter ses amis avec ses histoires de sous. Il n’a pas voulu demander à deux ou trois personnes de confiance ce qu’elles auraient fait à sa place. Si, en plus des SEPT conseillers en gestion de patrimoine et banquiers, il avait aussi pris l’avis de quelques amis de confiance, il aurait peut-être évité cette erreur.  Parmi ses amis, certains auraient peut-être eu le bon sens de lui suggérer que, si une écrasante majorité de conseillers n’avaient pas voulu lui promettre de miracles, ce n’était pas forcément un hasard. Entendons-nous bien : ce monsieur n’a pas tout perdu, il est à l’abri du besoin. Simplement, il s’est mis dans une situation qu’il ne maîtrise pas, et pour longtemps.

Quand IL FAUT en parler

Oui, il faut faire appel à des professionnels, ce n’est pas la fondatrice d’Oseille et compagnie qui te dira le contraire. Mais il existe des situations dans lesquelles il est utile, et même indispensable, de consulter ses amis.


L’arrêt à la case départ du Monopoly : le super bingo

-une forte somme à placer (indemnité de licenciement, vente d’un appartement, vente d’une société, prime plus importante que prévu, succession). Je parle ici de situations qui, sur le plan financier, sont loin d’être désastreuses. Tes amis te poseront des questions, se projetteront à ta place, et suggèreront peut-être des pistes auxquelles tu n’avais pas pensé.

L’envie de croire que les licornes existent et qu’elles tirent le traineau du père Noël

-Tu as une faible épargne et une situation financière moyennement confortable, et tu tombes dans l’envie (compréhensible) de céder aux sirènes de l’argent facile. On te promet des placements sans risque, et qui rapportent 8% par an (spoiler : le dernier qui a fait ça s’appelle Bernanrd Madoff, il est toujours en prison). On te fait miroiter des arbres qui montent jusqu’au ciel (deuxième spoiler : ça n’existe pas et plus ça tombe de haut, plus ça fait mal). Les vrais amis sont là pour te ramener à la raison quand tu délires.

L’escadrille d’embrouilles financières

-Oui, ça arrive. Quelques impayés de clients, un stock qui te reste sur les bras, un employeur qui paye les salaires de plus en plus tard dans le mois, et une énorme charge à supporter d’un coup (une chaudière qui craque en plein mois de décembre, des travaux de copropriété votés en urgence, quelques amendes majorées pour les dépassements de vitesse de l’été dernier…) Bref, d’un côté, une rentrée financière qui n’arrive pas, et en face, une bonne grosse dépense des familles imprévue, hop, te voilà dans le rouge. Mais pas dans le rouge de quelques petits euros, non, dans le rouge, de quatre ou cinq chiffres, avec des coups de fils et des courriers tout aussi aimables que réguliers de ton banquier. Là, il FAUT parler à tes amis. D’abord, ils peuvent peut-être te dépanner pour t’aider à remonter la pente (t’héberger quelques semaines pour te laisser louer ton appartement et renflouer tes caisses, te prêter un peu d’argent de façon ponctuelle, embarquer tes enfants en vacances pour ne pas aggraver ta situation). Ensuite, ils pourront trouver les mots réconfortants pour te remonter le moral.

Le reset budgétaire

Dans les périodes de reset budgétaire, le petit crème au comptoir, sera plus approprié que les cocktails des bars d’hôtels quatre étoiles (rêvons un peu d’un monde avec plein de cafés ouverts).

-un changement budgétaire important. Ton revenu a été diminué par deux ? Tu as moins de missions, tu es au chômage, en fin de droits ? Ta moitié met plus de temps que prévu à retrouver du travail ? Une séparation t’oblige à revoir toutes tes dépenses et ton train de vie ? Dis-le. Si ça ne leur est pas spontanément monté au cerveau (ça arrive), ils l’entendront peut-être sans difficultés si tu le formules. Ça ne veut pas dire qu’ils pourront résoudre ton problème.  Simplement, ça signifie qu’ils feront peut-être preuve d’un peu plus de tact. Au lieu de te donner rendez-vous dans des bars d’hôtels chics, ils te retrouveront au café du coin. Au lieu de t’emmener faire la tournée des bars, ils t’inviteront chez eux. (Oui, nous sommes le 13 janvier 2021 et les bars sont toujours fermés, mais cet article a vocation à être lu pendant longtemps).

Le crash personnel ou familial

-un sinistre lourd. Tu perds un très proche, tu divorces, tu as un accident de vélo qui t’empêche de bosser pendant un an, ta boîte coule, ou tu tombes malade, tout ceci a non seulement une incidence forte sur ton moral, mais tu vas te rendre compte très vite que ça va peser très, très lourdement sur le cours de tes finances. Là encore, tes amis ne peuvent pas éponger tes dettes à ta place. Ils ne peuvent pas doubler ton salaire par l’imposition des mains. En revanche, ils peuvent t’accompagner dans des démarches administratives, ils peuvent te donner le nom d’un bon avocat pour t’accompagner dans un contentieux ou dans une négociation. Ou t’accompagner chez  un professionnel qui t’aidera à faire les choses dans l’ordre, sans commettre les erreurs qui pourraient te coûter encore plus cher.

Et même le train-train

-les situations quotidiennes peuvent paraître simples. Alors qu’en fait, non. Le budget au quotidien, pour certains, c’est comme une seconde nature, pour d’autres, ça ressemble à l’ascension du Mont-Blanc par la face Nord. Et de même que tu te confies à tes amis quand tu as des peines de cœur, des problèmes de boulot, des embrouilles avec ta famille, ou des difficultés avec ton nourrisson de trois mois, tu peux leur parler de ces difficultés-là. Tu fais comment, toi, pour ça ? Et comment es-tu arrivé à faire tout ça ? Et comment fais-tu pour boucler tes fins de mois ? Ça n’a rien à voir avec du grand déballage. Ça n’a rien d’indécent. C’est du partage d’expérience. Et les amis sont aussi là pour ça.

Puisqu’il est encore temps, je te souhaite beaucoup de bonnes résolutions budgétaires, de bonnes décisions financières, mais surtout, je te souhaite de très bons moments avec tes amis. Et pas uniquement pour parler d’argent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :